Succès de la Matinale « Digital et Travaux Publics »

François COVILLE, Hugues MEILI, Jean-Christophe ANGENAULT et Olivier BARRAUD

Le 13 décembre dernier, plus d’une 100aine de personnes dirigeants et partenaires de la profession étaient au RDV, pour la Matinale TP, dédiée au digital, qui se déroulait à L-Evènements à Chantepie.

A l’instar de bien des secteurs et univers professionnels, les TP sont aujourd’hui directement concernés par ces évolutions sociétales et technologiques, qui indéniablement, obligent à rompre avec les habitudes mais ouvrent aussi de nouvelles perspectives.

Quels sont ou seront les nouveaux usages du numérique au sein d’une entreprise de Travaux Publics ? Comment anticiper et se préparer au mieux ?

Après le mot d’accueil de François COVILLE (Président de la FRTP Bretagne), Hugues MEILI (PDG de NIJI et Président de Bretagne Développement Innovation) est le grand témoin de cette matinale. Pour lui, cette révolution numérique s’est d’abord opérée dans la rue par le consommateur et aujourd’hui, une deuxième période de transformation industrielle s’annonce pour les entreprises, « dip tech ».

Dans un monde qui bouge, de nouveaux réflexes à prendre. L’environnement des TP lui-même ne cesse de changer, entre la dématérialisation des marchés publics, la facturation électronique, la sécurité numérique, de nouveau logiciel d’exploitation et de suivi de marché…Mais aussi de nouvelles applications,…  »

Pour autant, il faut encore informer, en interne comme en externe, et ainsi inculquer de nouveaux réflexes tout en renvoyant une nouvelle image des TP.

Le programme de cette matinale dense et rythmée se déroule avec trois thèmes majeurs à l’honneur, assortis d’un éclairage de « l’étude d’impact de la transition numérique sur le secteur de la construction » présenté par Jean-François MADEC de Constructys.

Efficacité :

– Dématérialisation des marchés publics – Thomas DUBOIS de Mégalis Bretagne (vidéo)

– Sécurité numérique – Jean-Sylvain CHAVANNE de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information

– Facturation électronique (Chorus Pro) – Julian FERRE de l’Agence pour l’Informatique Financière de l’Etat (vidéo)

Productivité :

– Application pour riverains – Jean-Marc VITEL de la SARC  (vidéo) et Antoine BERGHEN de la société YAAKADEV

– Guidage d’engins de chantiers et relevés topographiques avec drône – Jean-Marie LESSARD du groupe LESSARD (vidéo)

– Tablette sur chantiers – Gérôme BLANC de RESO

: Attractivité :

– Simulateur de conduite d’engins – Tristan ARNAUD du CFA TP Bretagne (vidéo)

– WIKI TP – Charles AIVAR de l’Ecole des TP de Normandie

– Recrutement – Marie-Laure COLLET d’ABAKA Conseil et Annie STAERCK du groupe MARC

– Formation continue des salariés – Jean-René URIEN de Forma TP

Pour François COVILLE, cette matinale est une sensibilisation pour mesurer combien le numérique va impacter les entreprises et les métiers. La FRTP continuera d’accompagner les entreprises et proposera au printemps 2018, des séances d’information intitulées « Passeport TP BIM  » pour les dirigeants.

En conclusion, Jean-Christophe ANGENAULT (Directeur de Cabinet de la FNTP) excuse Bruno CAVAGNE (Président de la FNTP), retenu par les conclusions des Assises nationales de la Mobilité, et fait un point d’actualité : conseil d’orientation des infrastructures, préparation de la loi d’orientation, les relations entre l’Etat et les Collectivités Locales, l’annonce des Assises de l’eau.

Pierre MONTEL à la rencontre des entreprises de TP du Morbihan

Rencontre annuelle de TP 56

Le 27 octobre dernier, à la cité de la voile à Lorient, une 30aine de dirigeants de la profession s’est retrouvée pour le Rendez-vous annuel de TP 56. Ce moment privilégié permet de faire un point et d’échanger sur l’actualité, les actions engagées collectivement et les initiatives à venir au titre de la FRTP.

C’est aussi l’occasion d’inviter une personnalité et cette année, il s’agit de Pierre MONTEL, Président de la CCI du Morbihan, gestionnaire d’équipements structurants.

Dans son propos introductif, Pierre MONTEL rappelle ce qu’est une chambre de commerce et d’industrie, un lieu où l’on pratique le langage de l’entreprise mais avec un statut d’établissement public administratif (dépendance de la taxe pour frais de chambre).

La CCI du Morbihan représente 23% du poids économique de la Bretagne et lors des dernières élections en 2017, le taux de participation était assez faible (9%), mais représentant toutefois 45% des emplois.

Dans le cadre de la mandature (2017-2021), un des axes prioritaires de la CCI concerne le port de commerce et l’aéroport de Lorient (dont renouvellement des concessions).

Le Port de Lorient est le 2ème port breton (8 millions de CA) et l’objectif de la CCI est qu’il soit mieux connecté à la ville, ce qui va engendrer un vaste chantier pour les 10 ans à venir en matière d’urbanisme. Il doit devenir un port de services pour l’accueil de passager, la maintenance,…

L’aéroport de Lorient est un sujet complexe au regard des autres infrastructures de mobilité : LGV BPL et croissance de 18% de l’aéroport de Rennes. Aujourd’hui, la CCI se situe dans un « entre deux », mais sera amenée à prendre une décision en fonction de la réalisation ou non de l’aéroport de NDDL. Le statut de l’aéroport est particulier, avec le Ministère de la défense comme affectataire principal, et l’accueil de la base aéronavale de Lann Bihoué. En 2016, le trafic total est de 128 000 passagers (250 000 il y a 5 ans), avec comme seul partenaire la compagnie HOP.

Au final, le programme de la CCI est la défense des intérêts économiques (Axe Triskell,…), le soutien à ceux qui entreprennent et la volonté de s’engager dans un projet pour une CCI plus agile, plus réactive et plus connectée.

Débat participatif sur les infrastructures le 1er juin à Grand Champ : Une démarche inédite en Bretagne

A Paris, au Carrousel du Louvre, le 23 février dernier a été lancé, en présence de candidats à l’élection présidentielle, le tour de France, « Réinvestissons la France ! »

Dans la continuité avec les élections législatives la Fédération Nationale des Travaux Publics (FNTP) organise, avec ses Fédérations Régionales, 11 temps d’échanges, pour mettre au cœur du débat public la parole et la vision des citoyens sur leurs infrastructures.

En Bretagne, Grand-Champ à proximité de Vannes a été retenue pour accueillir cette démarche unique de dialogue, qui donnera la parole aux citoyens sur la question des infrastructures, en présence d’élus et acteurs économiques locaux (transporteurs, Banque, conchyliculteurs, industriels,…), salariés et partenaires des travaux publics.

Avec des enjeux de compétitivité économique, de développement durable et d’aménagement du territoire, c’est l’occasion que chacun donne son avis sur un sujet très présent dans leur vie quotidienne avec :

– la conviction que, face aux enjeux de compétitivité économique, de transition écologique et de cohésion territoriale, les infrastructures sont un sujet décisif pour l’avenir de la France ;

– l’ambition de construire une vision partagée des attentes et des besoins des Français en matière d’infrastructures.

Une démarche innovante :

Une mise en scène particulière : pas d’expert, pas de tribune, pas de table ronde, mais une salle où tous les participants sont au même niveau pour faciliter la prise de parole et l’échange

Une animation assurée par un journaliste spécialisée dans ce type de débat et qui assure l’équilibre des prises de paroles et de leur durée.

Une ambition avec 150/200 participants comme objectif, avec une répartition équilibrée des différents acteurs. Une inscription gratuite et obligatoire : reinvestissonslafrance56@gmail.com

Une enquête audiovisuelle en préambule du débat, réalisée auprès de 80 habitants dont des morbihannais, pour introduire les prises de paroles

Une note conviviale à l’issue du débat avec un cocktail, permettant de poursuivre les échanges.

Premier baromètre sur les infrastructures en Bretagne : la « DETTE GRISE  » de demain

Réalisé par la cellule économique de Bretagne, avec le soutien du Conseil Régional, ce premier baromètre présente le patrimoine régional des infrastructures, ainsi qu’une évaluation de son état actuel.

La typologie des réseaux est identifiée en 5 catégories : réseau routier, réseau d’eau potable et d’assainissement, réseau énergétique, réseaux de télécommunication, réseaux ferroviaires.

Ce patrimoine considérable est surtout le PREMIER SERVICE rendu à la population, support de toutes les mobilités et de toutes les activités économiques. Il est aussi gage de qualité de vie et de sécurité. Il est de la responsabilité collective de prendre soin de ces réseaux, chaque jour fragilisés un peu plus par leur utilisation et les aléas climatiques.

L’entretien et la rénovation permettent, en outre, d’adapter l’infrastructure aux besoins nouveaux, aux nouvelles attentes et exigences en matière de qualité environnementale, de sécurité ou de services.

Mais ce patrimoine d’infrastructures se dégrade et se profile, ce que nous appelons, la « DETTE GRISE ».

Ce tableau de bord est donc l’opportunité de sensibiliser chacun à l’importance de la qualité des infrastructures. Une synthèse permet de visualiser très rapidement les principaux éléments.

Incomplet dans cette première version, l’actualisation de ce tableau de bord est essentielle avec des indicateurs complets et affinés qui permettront d’assurer un suivi préventif de ces ouvrages.