Signature d’une convention pour le Granit Breton

Franck LEGOUT et François COVILLE

Le 21 septembre dernier à la Vallée des Saint à Carnoët à l’issue de l’Assemblée générale d’UNICEM Bretagne, François COVILLE Président de la FRTP Bretagne a signé une convention avec Franck LEGOUT, Président de l’Association Indication Géographique Granit de Bretagne (AIGGB), afin de mieux valoriser le Granit Breton.

Engagement de la profession des Travaux Publics

L’engagement de la FRTP se formalise au travers de trois items :

-accompagner la filière granitière bretonne dans la valorisation de ses productions locales auprès du bloc communal breton et de la maitrise d’œuvre

-demander à nos entreprises de passer leurs commandes de fournitures dans des délais prenant en compte les durées de fabrication

-demander à nos entreprises de diffuser cette convention jusqu’au niveau de leurs bureaux d’étude, de leur service achats et de leurs conducteurs de travaux.

Comme l’a précisé François COVILLE dans son discours, « au-delà de cet acte symbolique, c’est au quotidien que cet engagement doit trouver tout son sens. Au titre des Travaux Publics, cela concerne 928 établissements en Bretagne avec une activité qui relève à 60% de la commande publique ».

Une action qui implique toute tous les acteurs de la filière de construction

Cette commande publique est multiple et diverse et s’exprime via les Marchés publics, cœur de toute l’action publique. Cette marque IGP relève ainsi d’un combat collectif à mener auprès de tous les acteurs de la filière de construction c’est-à-dire les Maîtres d’ouvrages, les maîtres d’œuvre et les entreprises, dont celles de Travaux publics.

La FRTP portera ces messages auprès des entreprises de la profession, pour que cette convention prenne vie et produise des effets concrets.

Comme annoncé, la FRTP Bretagne deviendra membre associé de l’AIGGB, ce qui permettra de faire un point tous les ans sur la mise en application de cette convention.

 

Des parlementaires Bretons à la FNTP à Paris

Emmanuel Le CHYPRE, François COVILLE et Christophe BARBIER

Pour la première rencontre « réinvestissons la France », dédiée aux trois régions de l’Ouest (Bretagne, Pays de la Loire et Normandie), le 7 novembre à la FNTP à Paris (de 19h à 20h30), des Députés et Sénateurs Bretons ont répondu présents à l’invitation de la FRTP Bretagne.

Animée par Christophe BARBIER de BFMTV, la rencontre très rythmée alterne interventions courtes et échanges avec les parlementaires.

Un premier exposé synthétique du secteur des Travaux Publics et des infrastructures par Emmanuel LECHYPRE  (économiste et journaliste), fait état des constats suivants :

– un secteur dense en emploi comparativement à d’autres secteurs professionnels,

-un secteur avec des entreprises implantées sur tout le territoire, soit deux fois moins concentré que l’économie nationale, car il relève de la commande publique à près de 70% ‘au plan national (60% en Bretagne),

-un secteur où les grands travaux sont la vitrine de la profession,

-une dégradation de la qualité des infrastructures, avec un classement de la France en recul (réseau routier, ports, aéroports, ferroviaire,.. ) ; ce qui confirme le relâchement dans les efforts d’investissement et la tendance à sacrifier les travaux d’entretien et de modernisation,

-le lien entre la qualité des infrastructures et la croissance,

Pour Emmanuel LE CHYPRE, au moins trois défis sont à relever : celui des transports/mobilité, la réhabilitation du réseau ferroviaire et celui des commodités (eau, gaz, électricité,…).

C’est au tour de Bruno CAVAGNE, Président de la FNTP de rappeler qu’actuellement la thématique infrastructure est au cœur des préoccupations gouvernementales, avec les assises de la mobilité, la mise en place d’un conseil d‘orientation, (où il siège) et la préparation d’une loi de programmation sur les mobilités pour le printemps 2018.

Il s’agit de se doter d’une politique nationale d’infrastructures cohérente pour les 5 ans à venir.

Un Député Breton exprimera son avis sur la nécessité à reprendre le débat sur l’organisation des territoires et le besoin effectivement d’un outil de planification pour les infrastructures structurantes.

Puis la séance s’est poursuivie avec la prise de parole des trois présidents de FRTP sur une thématique précise : Jean Christophe LOUVET pour les Pays de la Loire sur la transition écologique et le rôle des infrastructures ; Régis BINET pour la Normandie sur les enjeux de l’eau avec un défi patrimonial à relever ; et François COVILLE sur le financement des infrastructures (impasse budgétaire, élargissement du FCTVA à l’ensemble des travaux d’entretien, la fongibilité des crédits de paiement, les nouvelles sources de financement avec la question : qui doit payer le contribuable /l’usager, l’exemple de la TICPE, la proposition de sortir de l’assiette des 3% pour les grands équipements).

Thierry TROESCH intervient à la rencontre des entreprises des Côtes d’Armor

Une 15aine d’entreprises s’est retrouvée à Saint-Brieuc le 15 septembre pour la rencontre annuelle de TP 22. Ce rituel permet tous les ans de donner des informations sur un certain nombre de sujets et de présenter les actions de la profession pour les prochains mois.

Au titre des invités cette année, c’est Thierry TROESCH Président de la CCI des Côtes d’Armor qui est intervenu accompagné de David DERRE, nouveau directeur général.

Au titre du mandat (2017/20121), quatre axes structurent le projet de la CCI :

être le Parlement des entreprises,

-être acteur dans l’aménagement du territoire : dans ce cadre, la LGV doit irriguer tous les territoires des Côtes d’Armor, de même la redynamisation du centre-ville de Saint -Brieuc est une priorité,

-être au service des entreprises,

-adapter la CCI22 aux enjeux locaux et régionaux.

Comme l’exprime Thierry TROESCH, la CCI a vocation à investir dans les structures qui financent et accompagnent le développement économique des entreprises, dont le déploiement de la digitalisation pour toutes les entreprises, avec une vigilance concernant la cyber sécurité.

En matière d’infrastructures, si les chantiers les plus importants relèvent du passé, il y a toujours quelques projets :

le 4ème quai du port du Légué à l’horizon 2020,

-le projet de circuit automobile à proximité de l’aéroport de Saint-Brieuc : l’appel à projet est en cours,

-le projet des éoliennes dans la baie de Saint Brieuc avec une échéance à 2020,

-la rocade de Saint-Brieuc qui nécessite d’avoir une véritable vision pour déterminer un projet à moyen terme,

Dans le cadre de la loi NOTRe, le département des Côtes d’Armor a été le plus modifié au titre de sa carte territoriale, avec désormais depuis le 1er janvier 2017 8 intercommunalités. Afin de définir les axes de travail partagés, la CCI22 conventionne avec ces EPCI.

En conclusion, Thierry TROESCH incite les entreprises à participer aux élections de la CCI.

Sensibilisation des élus à la prévention des dommages aux réseaux

Françoise GATEL, Présidente de l’AMF 35, introduit la séance

Dans la continuité des démarches de l’observatoire régional DT/DICT pour sensibiliser les collectivités locales à la prévention des dommages aux réseaux, une rencontre a eu lieu le 6 septembre avec l’AMF 35, présidée par Françoise GATEL qui a ouvert la séance.

Les élus et techniciens des communes et intercommunalités d’Ille et Vilaine ont répondu présents, avec près de 50 participants.

En introduction, la DREAL a rappelé que cette réglementation de 2012 a permis de diminuer de 30% les dommages aux réseaux. Pour autant en Bretagne en 2016, les constats sont les suivants : 116 endommagements sur le réseau gaz et -551 endommagements sur le réseau électrique, soit deux endommagements par jour en moyenne !

Dédiée aux fondamentaux de la réforme, la première partie présentée par Jean BOESCH du Ministère a mis l’accent sur les responsabilités des Maîtres d’ouvrages, en insistant sur :

l’Obligation de faire une DT en amont des projets, et au vu des réponses, adapter son projet,

-la nécessité de prévoir des clauses techniques et financières dans les marchés de travaux dans les zones d’incertitude de localisation des réseaux,

l’obligation de renseigner les DCE (réponses DT) pour les entreprises,

-la responsabilité du marquage piquetage par le Maître d’ouvrage,

la possibilité pour l’entreprise exécutante des travaux de procéder à un arrêt de chantier, si une anomalie grave est constatée,

le contrôle des compétences avec l’entrée en vigueur de l’AIPR au 1er janvier 2018,

les investigations complémentaires, en vue d’améliorer la cartographie des réseaux

Les questions et les échanges ont permis à Jean BOESCH de rappeler les enjeux de cette règlementation. Au titre de la DREAL Bretagne, Thierry HERBAUX, indique que via l’observatoire régional DT/DICT, il y a eu suffisamment d’actions de sensibilisation et que désormais, la DREAL va appliquer des sanctions (amendes administratives), dont certains sont déjà en cours.

La deuxième partie de la rencontre était dédiée au Plan Corps de Rue Simplifié(PCRS).

Franck BELLION à la rencontre des entreprises de TP29

Franck BELLION Président de CCIMBO intervenant devant les entreprises de TP29

Le 1er septembre dernier au golf de Brest Iroise, une 30aine d’entreprises de la profession s’est retrouvée pour le RDV annuel de TP 29. Ce moment privilégié permet de faire un point et d’échanger sur l’actualité, les actions engagées collectivement et les initiatives à venir au titre de la FRTP.

C’est aussi l’occasion d’inviter une personnalité et cette année, il s’agit de Franck BELLION, Président de la CCI métropolitaine Bretagne Ouest (CCIMBO), gestionnaire d’équipements structurants tels que les ports et aéroports.

Dans son propos introductif, Franck BELLION rappelle la fusion des trois CCI (Brest, Morlaix, Quimper), qui a donné naissance à CCIMBO, nouvelle structure, avec le maintien d’ancrage territorial pour assurer la proximité avec les territoires.

Au titre du mandat, (2017/20121), la rupture Est/Ouest est un enjeu, et si la prise de conscience existe, il faut être vigilant pour l’avenir économique de l’Ouest breton. Pour Franck BELLION, cet échange avec la profession des Travaux Publics est important, car l’aménagement du territoire est un combat commun.

En matière de priorités, la CCI, insiste sur la création et la reprise d’entreprises, le soutien aux entreprises dans leur projection à l’international (ouverture d’un World Trade Center à Brest), l’accompagnement des entreprises, dont le soutien à la transition numérique (initiative French Tech Brest), la sécurisation énergétique, …

Comme l’explique Franck BELLION, une des clés du dynamisme et du développement d’un territoire réside dans sa capacité à conserver les centres de décision de ses entreprises. A ce titre, la mobilité l’accessibilité du territoire et les transports sont un des leviers, et la CCIMBO poursuite son action avec LNOBPL, en mettant Brest et Quimper à 3h de Paris.

Mais les infrastructures portuaires et aéroportuaires demeurent aussi un enjeu crucial, avec les projets et investissements suivants :

« Le chantier du Polder– à hauteur de 220 millions d’euros. La CCIMBO, gestionnaire du port de commerce de Brest, est partenaire sur ce chantier majeur, qui favorisera l’implantation de nouvelles filières liées aux énergies marines renouvelables.

Un élévateur à bateaux est également en projet sur le port de Brest, pour un budget d’environ 11 millions d’euros.

Les ports de Cornouaille connaîtront également des chantiers d’envergure dans les huit ans à venir, pour un investissement total de 28 millions, dont les 2/3 devraient être employés sous quatre ans.La criée de Concarneau, notamment, fera l’objet d’une refonte.

L’aérogare de Quimper notamment fera l’objet de travaux de pistes, à hauteur de 5 millions. L’enjeu est de mettre sur pied une liaison fiable, régulière, et d’augmenter le nombre de passagers (87 000). La CCIMBO œuvre à une complémentarité avec l’offre de l’aéroport Brest Bretagne.

En outre, un projet d’aménagement d’une zone d’activités économiques à vocation industrielle et logistique sur la zone de Lan Vian est en discussion, en partenariat avec le syndicat mixte de Lan Vian.

Mobilisation des entreprises à la rencontre régionale anti endommagement des réseaux

Rencontre régionale 8 mars DT/DICT à Saint Brieuc 2017

Sous l’égide de l’observatoire régional DT/DICT de Bretagne (animé conjointement par la FRTP et la DREAL), un colloque à dimension régionale a eu lieu le 8 mars dernier au Palais des congrès de Saint- Brieuc. Les débats de la matinée étaient dédiés aux entreprises de Travaux.

Près de 150 personnes ont répondu présents à l’invitation, dont une forte majorité d’entreprises de Travaux Publics. La séance très interactive alternait interventions des experts et échanges avec la salle, souhait de Thierry HERBEAUX de la DREAL qui animait ce débat avec beaucoup d’attention vis à vis des observations et remarques formulées par les entreprises.

Pour dresser le tableau de la situation actuelle : en 2016 en Bretagne plus de deux incidents par jour sur les réseaux de gaz et d’électricité ont lieu lors des travaux. C’est ainsi que Jean BOESCH du Ministère expert sur le sujet a rappelé le principe fondamental de cette réforme datant de 2012 : à savoir une RESPONSABILITE PARTAGEE des trois acteurs : Maître d’ouvrage, exploitant de réseaux et entreprise exécutant les travaux :  Chacun ayant des obligations à respecter.

Balayant les points clefs de cette réforme, l’intervention et les questions ont porté sur :

– le nouveau guide technique (téléchargeable sur le site Internet du guichet unique),

– l’AIPR obligatoire à compter du 1er janvier 2018 et les publics visés dans les trois catégories,

– le marquage-piquetage et les sources de tensions actuellement avec certains exploitants de réseaux quant à leur financement,

– le défaut de DT des maitres d’ouvrages qui encourent une amende de 10 000 euros. Comme l’a indiqué le président de la FRTP Bretagne, la FRTP intervient au nom des entreprises, auprès des maîtres d’ouvrages qui ne respectent pas cette obligation en leur adressant un courrier, avec une copie au maître d’œuvre et à la DREAL

– l’absence presque totale d’investigations complémentaires de la part des maîtres d’ouvrages dans les marchés de travaux,

– l’utilisation encore trop limitée par certains exploitants de réseaux du formulaire CERFA pour les constats contradictoires (la signature engage la personne morale de l’entreprise),

L’intervention de Denis ROYNNETTE, Président de l’observatoire national a permis de mieux cerner les missions de cette instance composée de tous les acteurs liés à cette réforme et dont les groupes de travail sont très actifs. C’était l’occasion de prendre connaissance des travaux menés par certains observatoires régionaux, pour promouvoir cette réforme au plus près du terrain et des acteurs concernés (mis en place de supports, d’outils de communication, de trophées,…)

Puis, Robert OLIVE Président de la FNEDRE, a dans son propos insisté lui aussi sur l’absence d’investigations complémentaires, une étape pourtant incontournable pour détecter l’emplacement des réseaux et mieux sécuriser les travaux.

N’oublions pas que tout l’enjeu de cette réforme est la sécurité des personnes et des biens : tout le monde est concerné.